7

Dans quelles régions de France investir pour les prochaines années ? Partie 2/2

Deuxième partie du dossier « Dans quelles régions de France investir pour les prochaines années ? ». Si vous avez raté la première partie, il est toujours temps de la lire.

Lors du premier article nous avons identifié une région attractive : le grand-ouest. Avant d’investir nous devons mettre toutes les chances de notre côté. Le mot investissement rime  en général avec longue durée.  Aussi ce n’est pas parce que l’ouest de la France est attractif aujourd’hui qu’il le sera encore dans 10 ans. Approfondissons donc notre étude et regardons d’un peu plus près le futur de ce coin de France aux airs prometteurs.

Une région connectée…

Les infrastructures de transport sont comme le système sanguin du corps humain. Un bon réseau permet d’irriguer  efficacement les centres économiques. Actuellement deux projets de ligne à grande vitesse, la fameuse LGV, sont proche de la mise en chantier. La fin des travaux est prévue à l’horizon 2016-2017. Ces deux lignes Le Mans-Rennes et Tours-Bordeaux permettront de réduire significativement les temps de trajets vers les grandes agglomérations de l’ouest comme Brest, Rennes, Nantes ou encore Bordeaux. Il sera alors possible de faire un trajet Paris-Rennes en 1h26 au lieu de 2h03 ou un Paris-Bordeaux en 2h05 contre 3h aujourd’hui.

On trouve également un projet d’implantation d’un aéroport de dimension internationale entre Nantes et Rennes avec une mise en service autour de 2017. L’avion reste à l’heure actuelle le moyen de transport le plus efficace sur les grandes distances et aujourd’hui il n’est plus possible de penser croissance sans avoir une vision mondiale ou au minimum européenne de l’économie.

…c’est un atout pour les entreprises

A l’heure où l’on cherche à réduire les coûts et à être compétitif, les entreprises sont très friandes de délocalisation en province. Les salaires et le coût de la vie y sont plus faibles qu’à Paris. Cependant la capitale reste la place incontournable pour les sièges sociaux. Cette décentralisation devra s’accompagner d’un moyen de transports efficaces pour les déplacements professionnels.

C’est là qu’une liaison ferroviaire haute vitesse devient un atout évident pour attirer les entreprises dans une grande ville de province et favoriser les échanges avec la région parisienne. En bonus le train est compatible avec le développement des pratiques écologiques.

L’attrait touristique

La réduction de la durée des trajets favorisera également le tourisme. En effet s’évader le temps d’un week-end devient envisageable quand en moins de deux heures on peut être sur la côte. Imaginez : vous sortez du bureau et trois heures plus tard vous dinez bord de la plage.

Depuis les 35h et la création des RTT ces type de courts séjours en province sont devenus de plus en plus fréquents. Un carte intéressante à jouer pour ceux qui sont attirés par un investissement immobilier meublé pour faire de la location de courte durée ou du saisonnier ainsi que pour remplir les vacances locatives.

Conclusion

Les taux de chômage le plus faible, un réseaux de transports bien développés, de quoi attirer les entreprises et le tourisme. L’ouest de la France possèdent les bons atouts pour devenir une région attractive et à l’économie fleurissante. D’ici 5 ans la plupart de ces projets seront achevés ou en phase de l’être. C’est maintenant qu’il faut investir et prendre position s’il on ne veut pas payer trop cher. Pour ma part je compte y investir dans l’immobilier avant un ou deux ans.

Dans :Economie, Entreprise, Immobilier

7 commentaires to "Dans quelles régions de France investir pour les prochaines années ? Partie 2/2"

  1. Je me suis fait les mêmes réflexion sur les atouts de ma région en matière d’investissement.
    Rennes a encore d’autres atouts :

    – ville universitaire importante et avec de nombreux centres de recherche et des startups innovantes (ca va généralement de pair)

    – le metro automatique a dynamisé les transports publics (de 2002 à 2008 c’était la plus petite ville au monde à avoir un métro : maintenant nous sommes 2nd après Lausanne en Suisse). Une 2ème ligne de métro va être construite et la mise à disposition de parking gratuits autour de la ville pour prendre le metro en arrivant de l’extérieur est un vrai plus.

    – ca reste une ville a dimension humaine agréable à vivre + la mer à moins d’une heure.

  2. Julien dit :

    Merci de nous faire part de tes réflexions Ronan. Je pense qu’il faudra surveiller de près l’évolution de Rennes et de Nantes au cours des prochaines années ainsi que des villes proches qui profiteront de leur influence.

  3. Belle série d’articles, très intéressante et avec de bons arguments.
    J’ajouterais qu’il faut également prendre en compte les spécificités locales lorsqu’on les connais.
    Je m’explique : si je suis à la lettre ton raisonnement, je n’ai pas spécialement envie d’investir en Lorraine. Mais je le fait quand même ! En effet, une zone de la lorraine est particulièrement dynamique et attractive, c’est la zone frontalière du Luxembourg. La demande y est forte : il y a environ 100.000 travailleurs frontaliers français. Ce nombre est croissant depuis des années, et les logements au Luxembourg sont hors de prix.
    Du coup, cette petite zone au nord d’une région sinistrée est particulièrement attrayante !
    Ca n’est qu’un exemple, mais je suis sûr qu’on peut en trouver d’autres…

  4. Julien dit :

    Merci François.

    Des zones comme celle dont tu parles il doit y en avoir à la frontière allemande et surtout suisse.

    Le but de l’article était surtout de montrer comment en cherchant un peu on déniche des infos intéressantes. Reste ensuite à compiler toutes ces données pour dégager une tendance.

    C’est une démarche qui je pense est simple et applicable à de nombreux domaines d’investissement.

  5. Je confirme pour la frontière Suisse. Je suis originaire du jura (frontalier avec la Suisse pour ceux qui ne situent pas) et connais un peu le coin… Il y a une grosse grosse demande dûe aux frontaliers d’une part, et aux Suisses d’autre part, qui achètent beaucoup (surtout des grosses maisons et des corps de ferme) de notre côté de la frontière.

  6. Philippe dit :

    C’est un angle d’attaque intéressant que tu utilises pour l’investissement immobilier. En général, on entend plutôt parler des rentabilités par ville. En combinant les 2 approches on peut bien affiner.
    Personnellement j’ai investi dans l’est donc j’espère que ton analyse pour la région ne sera pas vérifiée 😉

  7. Julien dit :

    Merci Philippe. Je trouve que se focaliser sur la rentabilité du bien n’est pas suffisant pour trouver une bonne affaire immobilière. Comme souvent les performances du passé ne présagent pas des performances du futur. Or quand on analyse la rentabilité d’un appartement ou d’une maison on prend en compte le prix d’achat et le loyer potentiel. Le prix d’achat est fixe dans le temps mais pas le loyer. C’est là que mon approche prend tout son sens. Il faut réfléchir au potentiel économique et démographique de la ville et la région dans laquelle on cherche à investir pour les prochaines années.

Laissez un commentaire

Submit Comment

CommentLuv badge

© 2017 Investir-Actif. Tous droits réservés.