Comment comparer les offres de prêt immobilier ?

Point 1 — Taux d’intérêt global et taux effectif annuel (TAR)

Le taux d’intérêt est souvent le premier chiffre qui attire le futur emprunteur.

Une organisation financière qui fournit des prêts immobiliers à un taux très bas reçoit facilement l’attention.

A découvrir également : Comment faire passer un dossier de surendettement ?

Ce taux correspond à la rémunération accordée au créancier qui prend un certain risque en vous prêtant de l’argent.

C’est ce qu’on appelle le taux d’intérêt annuel nominal . Peut être fixe, variable ou mixte. Ce taux dépend du taux directeur défini par la Banque centrale européenne (BCE).

Lire également : Quelle somme peut-on donner sans le déclarer ?

Il est évident que ce taux d’intérêt jouera un rôle important dans le montant des versements mensuels et le coût de votre crédit.

Mais ce n’est pas la seule information que vous devez prendre en compte lors du choix.

Le taux qui est le facteur le plus décisif dans l’évaluation de la meilleure offre est le taux annuel.Total Effective (APR), qui inclut d’autres éléments qui vous permettront de faire une vraie comparaison .

Il comprend le taux utilisé pour calculer le prêt, ainsi que le montant de l’assurance et des garanties obligatoires .

Il peut également inclure des frais de dossier et des frais d’ouverture de compte .

Point 2 — Assurance décès et invalidité (ADI)

rares exceptions près, les agences de crédit exigent toujours que l’emprunteur prenne une assurance décès et invalidité À de .

Pour l’abonnement aux prêts à la consommation, l’assurance de l’emprunteur n’est pas obligatoire. Ce n’est que lorsque vous souscrivez à un prêt immobilier que c’est une obligation légale.

Les institutions financières veulent assurer la reprise complète des emprunts, quoi qu’il arrive.

Prêts pour unL’acquisition immobilière se fait souvent sur de nombreuses années, au cours desquelles la situation professionnelle et la santé du débiteur peuvent changer négativement.

Le montant de cette assurance varie d’une organisation à l’autre. Si le montant de l’IDA (Assurance décès – invalidité) dans l’offre de prêt semble trop élevé, vous pouvez rechercher une assurance à un taux plus élevé.

En effet, depuis juillet 2010, il est possible de refuser l’assurance crédit immobilier proposée par l’organisme prêteur utilisant la délégation d’assurance .

Ensuite, vous pouvez interroger d’autres entreprises et comparer leurs propositions.

Si vous avez déjà accepté une assurance de l’organisme prêteur, n’oubliez pas que vous pouvez toujours y mettre fin l’année suivant la signature de votre contrat, puis chaque année, dans les deux mois précédant la date limite.

En fin de compte,dernières informations, l’accord Aeras vous permet d’être assuré pour votre prêt immobilier même si vous avez (ou avez connu) des problèmes de santé relativement importants et qu’aucun assureur ne souhaite vous couvrir.

Point 3 — Frais d’inscription/frais d’ouverture de compte

Si vous avez demandé un financement auprès de la banque qui a conservé vos comptes bancaires pendant longtemps, il se peut que vous n’ayez pas de frais de dossier à payer.

Il s’agit souvent d’un geste commercial visant à fidéliser les clients. Si ce n’est pas le cas, sachez qu’il s’agit d’un point que vous pouvez toujours négocier.

Toutefois, si vous avez choisi une banque dans laquelle vous n’êtes pas encore client, vous devrez certainement payer les frais de dossier.

Paragraphe 4 — Allocations de remboursement anticipé

Lors de l’achat de biensimmobilier avec un prêt de 20 ans , vous devrez peut-être vendre la propriété avant la conclusion du contrat.

Dans ce cas, on vous demandera souvent de payer la banque IRA (indemnités de remboursement anticipé), parfois appelée PRA (pénalités de prépaiement ).

Ces montants sont également dus en cas de renégociation du prêt immobilier qui vous a été accordé.

Vérifiez dans votre contrat de prêt le taux qui vous sera appliqué, sachant qu’il ne peut en aucun cas dépasser 3 % du capital restant dû à la date du calcul limité à 6 mois d’intérêt .

Depuis 1999, ces ARI ne sont plus réclamés en cas de vente pour des raisons commerciales ou si l’un des conjoints décède.

Point 5 — Frais de garantie obligatoires

Lors d’un emprunt pour un achat immobilier, l’organisationle prêt nécessite des garanties autres que l’assurance IDA.

Il peut s’agir d’une hypothèque, d’une promesse de prêt (PPD) ou d’une garantie .

Lorsque vous comparez les offres de prêt faites pour vous, vous devez tenir compte du type de garantie requis par l’organisme prêteur .

C’est l’hypothèque qui coûte le plus cher. C’est le notaire qui s’occupe de son inscription, ce qui entraîne des coûts tels que ses honoraires, la taxe sur la publicité immobilière et d’autres frais de formalité.

Le créancier de privilège (PPD) n’est valable que pour l’achat de terrains ou de logements existants.

Le compte de vente et le contrat de prêt seront signés devant un notaire. Il est publié dans le Land Advertising Service. Il reste moins cher que de prendre un prêt hypothécaire.

La garantie peut également être faite sous la forme deobligations . Il peut s’agir d’une forme personnelle ou mutuelle.

Dans ce dernier cas, il est nécessaire de se tourner vers une entreprise spécialisée, mais il n’y a pas d’intervention d’un notaire, de sorte que les frais sont réduits. L’emprunteur verse une contribution mensuelle à la société de garantie.

Une fois ces cinq points vérifiés, vous obtiendrez une idée plus claire de ce que vous offre le prêt envoyé.

Vous pourrez ensuite choisir, en toute connaissance de cause, celui qui vous convient le mieux à votre situation.

ARTICLES LIÉS