Quel délai pour recuperer une assurance vie ?

Lorsqu’un être cher meurt, il est plus que conseillé de demander rapidement une assurance-vie. Le processus est simple et les montants seront payés très rapidement si vous le faites correctement. Il n’est pas nécessaire de faire appel à un notaire ou à un professionnel. Une mise à jour sur l’utilisation et les pièces justificatives pour le recouvrement de l’assurance-vie en cas de décès a été fournie.

Pourquoi l’assurance-vie est-elle issue de l’héritage ?

En France, tous les actifs du défunt sont soumis à des droits de succession : cartes bancaires, biens immobiliers, voitures, meubles, etc. Un seul investissement est traité différemment : l’assurance-vie. Ce produit est soumis à une imposition distincte et ne doit pas être traité lors de la déclaration de la succession. En fait, les bénéficiaires d’un contrat d’assurance-vie en cas de décès pourront libérer de l’argent rapidement, sans besoin de personne. Pour bien comprendre les étapes, je vous invite à vous familiariser avec la taxe surAssurance décès sur vie : comment calculer l’impôt sur l’assurance-vie en cas de décès ? Permettez-moi de vous rappeler brièvement pour que vous puissiez comprendre comment percevoir une assurance-vie mourante.

A voir aussi : Comment la crise de 1929 se Manifeste-t-elle en Amérique latine ?

  • Si le défunt a versé de l’argent sur le contrat avant l’âge de 70 ans : chaque bénéficiaire ne paie rien jusqu’à 152 500€. Pour les montants dépassant, la taxe s’élève à 20 % (puis 31,25 % contre 700 000€).
  • Si le défunt a versé des sommes après 70 ans : les bénéficiaires se partagent une allocation unique d’un montant de 30 500 euros. En outre, l’imposition est celle de l’impôt sur les successions et dépend de la relation de parenté. Voir : échelle des droits de succession et des dons.
  • Le

  • conjoint marié ou collé ne paie jamais rien.

Comment puis-je obtenir une assurance-vie post-décès ?

Conclusion d’un contrat d’assurance-vie aprèsLa mort est simple et ne nécessite pas de frais. La plus grande difficulté est que le défunt a souscrit une assurance-vie selon laquelle l’un est le bénéficiaire du recouvrement rapide de l’argent. Si vous savez qu’il existe une assurance-vie en votre nom dans telle ou telle banque, la fermeture sera rapide. Par conséquent, il est plus que conseillé d’informer les bénéficiaires de l’existence de votre assurance-vie . Je vais d’abord détailler l’approche des personnes dans cette situation, puis nous verrons le cas des bénéficiaires qui ne sont pas au courant de l’assurance-vie.

A lire en complément : Comment déclarer un salarié occasionnel ?

Approche et preuve pour réclamer une assurance-vie avec des montants payés avant l’âge de 70 ans.

Pour demander une assurance-vie en cas de décès, vous devez posséder les documents suivants :

  • un certificat de décès attestant que le souscripteur du contrat est décédé (à demander au lieu de la mairie du défunt).
  • Un RIB pour que l’assureur vous paie l’argent.
  • Un document prouvant votre identité en tant que bénéficiaire.

En ce qui concerne ce dernier point, la preuve dépendra du libellé de la clause bénéficiaire. Soit la clause d’assurance-vie contient votre nom (M. DUPONT Martin), et dans ce cas, une carte d’identité ou un passeport suffit. Soit la clause spécifie le rang (mari, mes enfants, etc.) et doit ensuite être prouvée. Cela peut se faire par le biais de la brochure familiale ou d’un acte de notoriété qui spécifie votre lien familial avec le défunt. Pour plusieurs destinataires, chacun peut effectuer le processus de son côté ; il est également possible de regrouper les envois pour tout délier en même temps.

Étape 1 : rendez-vous à la banque ou à l’assurance qui gère l’assurance-vie.

Entout d’abord, il suffit d’informer l’établissement gérant le contrat que la personne est décédée. Vous devez vous y rendre ou envoyer une lettre avec le certificat de décès. Par la suite, informez l’établissement que vous êtes le bénéficiaire du contrat d’assurance-vie. Pour le moment, les 3 documents mentionnés ci-dessus seront demandés par le conseiller.

Exemple

M. Corrigetonimpot sait qu’il est le bénéficiaire de deux contrats d’assurance-vie de son père décédé. Il se rend chez le notaire pour avoir un acte d’hérédité prouvant qu’il est le fils du défunt. Il passe à la banque A et B pour soumettre son RIB, son certificat de décès et son certificat d’hérédité.

Étape 2 : L’assureur vous indique le montant des sommes versées avant l’âge de 70 ans.

Dans quelques jours, l’établissement vous enverra un documentindiquer le montant versé avant l’âge de 70 ans sur le contrat. Veuillez noter que le numéro contient des paiements et des intérêts, car la fiscalité est basée sur les deux.

Exemple

M. Corrigetonimpot reçoit la première preuve de la Banque A indiquant que le contrat s’élève à 80 000 EUR et que 80 000 EUR seront imposés conformément à l’article 990I (montants payés avant 70 ans). La banque B doit lui fournir un document indiquant que le montant payé avant l’âge de 70 ans est taxé d’un montant de 90 000 EUR.

Étape 3 : Les taxes émettent l’émission de taxes.

Une fois que vous avez ces informations d’identification, rendez-vous au centre fiscal. Ce dernier calcule ensuite la taxe en fonction des barres ci-dessus. Les autorités fiscales calculeront uniquement la taxe et vous délivreront un document.appelé « quitus fiscal », qui résume le montant à payer. Il est obligatoire de passer par le régime fiscal car ils pourront accumuler une assurance-vie si le bénéficiaire en reçoit davantage de la part des banques. Différents.

Exemple

M. Corrigetonimpot va d’abord voir les autorités fiscales auprès de la Banque A. Rappelons que la taxe est de 20 % si les montants dépassent la réduction de 152 500€. Les autorités fiscales notent que 80 000 euros sont imposés. Il émet un premier déduction fiscale pour la banque A indiquant que la taxe est de 0€. L’administration fiscale observe également que M. Corrigetonimpot a utilisé 80 000 euros pour sa déduction de 152 500 euros. M. Corrigetonimpot revient aux autorités fiscales avec une preuve de la Banque B. Les impôts notent que les montants sont payés avant 70 ans et qu’il y en a 90 000Les euros sont taxés. Ils savent qu’il ne reste plus que 72 500€ de l’allocation. La taxe due est de (90 000 à 72 500) * 20 % = 3 500€. L’abattement fiscal pour la banque B est émis indiquant qu’il y a 3 500 euros d’impôts dus.

Étape 4 : l’assureur ou la banque paie les montants aux bénéficiaires et prélève la taxe.

Ensuite, il suffit de ramener la taxe à la banque ou à l’assurance. Ils prélèveront l’impôt dû sur le capital et vous effectueront un transfert du reste. Ils seront responsables de la transmission de la taxe eux-mêmes. Cette étape ne doit pas durer plus de 2 ou 3 semaines. Si l’établissement ne paie pas les montants au cours de cette période, une lettre recommandée est généralement suffisante pour les accélérer, car la législation leur impose un délai strict.

Exemple

M. Corrigetonimpot verra la Banque A avecla première sortie de la taxe. L’institution note que la redevance est nulle et paie 80 000€ au monsieur sur son Rib.Idem pour la banque B. Elle note qu’elle doit prélever 3 500 euros de taxes. Elle paie le solde de 90 000 à 3 500 = 86 500€ à M. Corrigetonimpot.

Mode d’emploi pour facturer une assurance-vie après 70 ans de décès.

Le processus de conclusion d’un contrat d’assurance-vie pour lequel vous êtes le bénéficiaire sera presque identique si les montants ont été payés après 70 ans. Il suffit également d’apporter les documents et d’aller à la banque, puis à la taxe, puis à la banque pour recevoir vos fonds. Toutefois, l’imposition spécifique des montants payés après 70 ans (déduction de 30 500 EUR et impôt sur les successions) signifie qu’il y aura deux différences significatives.

1- L’acte d’hérédité nécessaire pour délierassurance-vie après 70 ans.

Si le défunt a payé plus de 30 500 EUR après 70 ans, l’impôt dépendra de l’ampleur des droits de succession. Le taux n’est pas le même pour les enfants que pour les frères, coabs, étrangers, etc. Les autorités fiscales devront donc connaître votre statut d’héritier pour calculer l’impôt et établir la sortie fiscale. Il est donc impératif de disposer d’un document établissant votre relation avec le défunt.

2- Il est nécessaire d’informer le notaire si l’allocation de 30 500€ est utilisée pour certains héritiers.

Il s’agit d’un aspect très technique. Si le bénéficiaire est un ascendant (parent…), un descendant (enfant, petit-fils…) ou un frère/sœur, il sera également nécessaire de transmettre l’abattement fiscal au notaire responsable de la succession. En effet, les montants d’assurance-vie supérieurs à 30 500 EURsont assujettis à l’échelle de l’impôt sur les successions. Si le notaire n’est pas au courant de ces contrats, il commencera à tort à partir de taux d’échelle plus bas et vous risquez une réorganisation quelques mois plus tard. Nous avons expliqué ce cas en détail ici : l’assurance-vie doit-elle être signalée au notaire ? Non, sauf quatre situations.

Note : il est très simple de récupérer une assurance-vie après le décès.

Je vous conseille de récupérer les contrats d’assurance-vie que vous êtes seuls bénéficiaires et rapidement si vous en connaissez. Pas besoin de payer un professionnel. Enfin, passez à la banque une fois, puis passez aux impôts et retournez à la banque. Il est également possible d’envoyer des lettres à l’un et à l’autre. Il convient également de noter que certains assureurs ou banquiers ont des services qui écriront directement à l’administration fiscale pour avoirla sortie fiscale. Dans ce cas, il suffit de se rendre une fois dans l’établissement qui gère l’assurance-vie, et ils feront ce qui est nécessaire. D’autre part, si l’institution est zélée et demande des documents supplémentaires inutiles (contrat initialement signé, retard de paiement, attente de documents d’autres bénéficiaires…), n’hésitez pas à les menacer d’envoyer l’autorité de contrôle des banques par lettre recommandée et la procédure devrait être accéléré très rapidement. Le plus rigoureux de l’histoire est d’obtenir le certificat de décès et l’acte de notoriété précisant notre statut d’héritier. Ces deux documents sont en tout cas nécessaires dans tous les processus de gestion d’un décès.

Le recouvrement de l’assurance-vie de cette manière est possible si et seulement si vous connaissez les contrats du défunt pour lesquels vous êtes un bénéficiaire potentiel.Lorsque ce n’est pas le cas, il y a toujours une solution, mais il s’avère un peu plus à gérer.

Comment puis-je débloquer une assurance-vie lorsque vous ne connaissez pas les contrats ?

Étant donné que vous ne connaissez pas les contrats d’assurance-vie du défunt, il est évidemment impossible de demander à la banque de le délier. La première solution consiste à vérifier les relevés de compte du défunt afin d’identifier l’assurance-vie. Sinon, il est possible d’écrire à une organisation appelée AGIRA. AGIRA contactera tous les assureurs pour savoir si le défunt avait l’assurance-vie dont vous êtes le bénéficiaire.

Écrire à AGIRA ne coûte rien, il suffit d’envoyer un e-mail. Il doit indiquer l’état matrimonial du défunt et de vous en joignant un certificat de décès. AGIRA dispose de 15 jours pour contacter toutes les unités d’assurance-vie en France. Ens’il existe une assurance-vie que vous êtes le bénéficiaire, vous en serez informé dans un délai maximum d’un mois. Une simple lettre suffit à envoyer à l’adresse suivante : AGIRA — Chercher bénéficiaire au décès — 1 rue Jules Lefebvre — 75 431 PARIS 9 Une fois le résultat atteint, il suffira de répéter les étapes précédentes avec l’organisation qui gère l’assurance-vie.

ARTICLES LIÉS