Trouble de l’audition, faites vous depister

La perte auditive liée à l’âge est un problème de santé courant chez les adultes. Près de 16% des adultes âgés de 18 ans ou plus déclarent avoir des difficultés à entendre. La prévalence de la perte auditive perçue augmente avec l’âge. La perte d’audition peut nuire à la qualité de vie d’une personne et à sa capacité à fonctionner de manière indépendante. Elle a été associée à un risque accru de chutes, d’hospitalisations, d’isolement social et de déclin cognitif.

Importance d’un dépistage auditif

Les tests permettant d’évaluer une perte auditive potentielle comprennent la voix chuchotée, le frottement des doigts et le tic-tac de la montre. Cependant, leur précision est discutable et il a été démontré qu’ils dépendent de l’opérateur. La perte auditive perçue peut également être évaluée par un dépistage à une seule question (en demandant « Avez-vous des difficultés à entendre ? ») ou par des questionnaires plus longs destinés aux patients. Ces interventions peuvent être couvertes par votre mutuelle santé.

A voir aussi : Assurance habitation : faut-il souscrire avant la signature d’un bail ?

Des technologies telles que l’AudioScope, un otoscope portatif avec un audiomètre de dépistage intégré, ou des applications d’audiométrie sur tablette peuvent également être utilisées. La confirmation diagnostique d’un dépistage positif est généralement effectuée par une audiométrie à sons purs. La constatation d’une perte auditive objective indique l’éligibilité à un appareil d’aide à l’audition, mais peut ne pas identifier les personnes qui trouveront les appareils utiles et les utiliseront.

Détails sur les troubles de l’audition

L’oreille humaine peut traiter des fréquences sonores comprises entre 20 et 20 000 Hz, la plage 500 à 4 000 Hz étant la plus importante pour le traitement de la parole. Il n’existe pas de définition universellement acceptée de la perte auditive, car les seuils de fréquence et d’intensité (mesurés en décibels) varient en fonction des critères de référence utilisés. Cependant, de nombreuses études et directives définissent la perte auditive légère comme l’incapacité d’entendre les fréquences associées au traitement de la parole en dessous de 25 dB et la perte auditive modérée comme l’incapacité d’entendre ces fréquences en dessous de 40 dB.

A lire également : Comment fonctionne l'assurance vie ?

L’audiométrie tonale pure est la méthode la plus standard pour les mesures quantitatives de l’audition. Cependant, elle n’est pas toujours corrélée aux symptômes rapportés de la perte auditive. Il y a souvent une discordance entre les déficits auditifs mesurés objectivement par l’audiométrie tonale et les perceptions subjectives des problèmes auditifs. Dans une étude, une personne sur cinq ayant déclaré une perte auditive avait un résultat normal au test auditif, alors que 6 % des personnes ayant une perte auditive sévère détectée par l’audiométrie ne déclaraient pas avoir le sentiment d’avoir une perte auditive.

La perte auditive neurosensorielle légère ou modérée (légère, 26 à 40 dB ; modérée, 41 à 60 dB) est principalement prise en charge par des appareils auditifs. Pour les pertes auditives sévères ou profondes (sévères, 61 à 80 dB ; profondes, ≥81 dB)14, les implants cochléaires et les techniques de communication alternatives (ie, entraînement à l’écoute active, lecture labiale) sont des options de traitement potentielles. Rapprochez-vous d’un professionnel afin de connaître les solutions qui correspondent le plus à votre profil.

ARTICLES LIÉS