Choix d’une SCPI : quels sont les critères à prendre en compte ?

Les niches dans lesquelles investir sont maintenant assez diversifiées, surtout dans le secteur immobilier. C’est ainsi que vous pouvez par exemple vous orienter vers les SCPI qui sont des Sociétés Civiles de Placement Immobilier. À partir d’un certain montant, elles vous permettent d’accéder à un parc immobilier diversifié. Vous n’êtes soumis à aucune contrainte locative, car une délégation de la gestion des immeubles existe. Que faut-il savoir à propos des SCPI ?

Investir dans une SCPI : quelles sont les raisons ?


Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles vous devriez placer des capitaux dans une scpi. Notez qu’il peut en découler des rendements locatifs assez intéressants qui vous seront versés par trimestre. Sur le long terme, vous pourrez ainsi augmenter votre capital et faire valoir les immeubles. Au vu de toutes ces raisons, il est possible de comprendre pourquoi les investisseurs sont si intéressés par cette niche.

A lire également : Aménagement d’intérieur clé en main : les avantages

Plus loin, il faut mentionner que les taux de distribution des SCPI sont très alléchants. Par année, vous pourriez vous retrouver entre 4 et 4,5%.

Comment y investir ?

Avant de vous lancer, prenez le temps de comprendre :

A lire également : Pourquoi s’allier avec un expert viager ?

  • Les frais d’acquisition ;
  • Les taux de distribution ; qui varient en fonction des modes d’acquisition.

En effet, ils permettent aux investisseurs de faire leur choix parmi une belle panoplie de solutions en tenant compte de leurs objectifs.

En direct

Dans ce cas de figure, l’investisseur se retrouve dans une position d’associé. De probables revenus trimestriels lui sont versés, et les immeubles sont valorisés dans le temps. Il faudra bien entendu s’acquitter des revenus fonciers, mais une déduction des intérêts d’emprunt peut se faire lors d’un achat à crédit. Cette formule de détention présente un grand intérêt pour les tranches marginales qui ne sont pas fortement imposées.

Dans un contrat d’assurance vie

Les différentes parts qui constituent la SCPI se présentent sous forme d’unités de comptes. Par conséquent, les potentiels revenus qui en découlent par trimestre sont gardés dans le contrat. Lors d’un rachat, l’assureur veille à la liquidité. L’application tient alors compte de la fiscalité, et pas de l’impôt sur le revenu foncier comme on pourrait le penser. Avec ce mode de détention, l’investisseur a plus d’atouts comparativement à une forte tranche marginale d’imposition.

En démembrement

Lorsqu’il détient une nue-propriété d’une SCPI, l’investisseur n’est pas soumis à une imposition aux revenus fonciers. Au contraire, il profite de la mise en valeur des immeubles qui contient des parts de la SCPI qu’il détient. Qu’en est-il alors de l’usufruitier ? Ce dernier reçoit de probables revenus trimestriels pendant toute la période de l’usufruit. Elle est déterminée selon différents paramètres lors de l’accord.

L’usufruitier ne jouit pas de la mise en valeur des parts, mais a eu l’occasion d’y investir un faible montant.

Les critères de choix d’une SCPI


Ils sont identiques à ceux pris en considération pour acheter un bien immobilier. Ce sont donc :

  • L’emplacement ;
  • La thématique ;
  • La qualité des immeubles ;
  • La diversification ;
  • Le taux d’occupation ;
  • Les réserves.

Pour bien choisir votre SCPI, l’idéal serait de se faire guider par un conseiller en gestion de patrimoine.

ARTICLES LIÉS